Nominés

Vic Chakowa Directeur Général de Mikado

  • PROGRESSION

    À partir de 2005, Mikado a connu une forte progression qui se traduit par l'ouverture de nombreux points de vente qui ont atteint un total de dix-neuf. L'enseigne a déjà réservé son emplacement dans les grands centres commerciaux (les « malls ») actuellement en construction et qui ouvriront en 2011. Ainsi, deux magasins seront ouverts au Center Point et à Bagatelle dans le centre de l'île. Un autre le sera à La Croisette de Grand Baie, dans le Nord.

  • INNOVATION

    Mikado a ouvert au centre commercial Phoenix Les Halles un magasin de 100 m2, le double des autres, pour en faire un« magasin phare ». Il étend aussi le portefeuille des marques qu'il gère afin de coller à la tendance et monter en gamme. Il mettra en vente les montres du fabricant belge Ice Watch qui font fureur un peu partout dans le monde. Cette marque, qui revisite les montres à quartz et joue sur les couleurs « flashies », compte parmi ses aficionados l'ancien Premier ministre belge Yves Leterme et le célèbre disc-jockey français David Guetta.

  • DYNAMISME À L'EXTÉRIEUR

    La Suisse reste pour Vic Chakowa la destination première de ses explorations de nouveaux produits. Mais il regarde aussi du côté de Hong Kong « à condition que la qualité passe ». « Du côté de la vente, La Réunion nous tente beaucoup », avoue l'entrepreneur qui étudie de près ce marché.

  • ENGAGEMENT CITOYEN

    Montres, bijoux en or et... coquillages. Vic Chakowa a mis sa passion au service du développement durable en ouvrant au-dessus du magasin du groupe, situé sur une rue très fréquentée de Port-Louis, un musée des coquillages. Pas moins de 3 500 espèces rares que ce « conchologiste », comme il se définit luimême, a collectionnées au fil des ans. Des espèces endémiques de Maurice et d'autres en voie de disparition y sont exposées. Il s'est occupé personnellement de l'aménagement et de la scénographie du lieu. Un musée qui rend hommage à la nature et « permet au public de découvrir les trésors marins de notre île pour mieux la protéger et la préserver ».

La maîtrise du temps et du luxe

En quarante ans, il a transformé la petite entreprise familiale de réparation de montres en une chaîne de dix-neuf magasins qui réalise 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires.

L'ambiance vogue entre luxe, glamour et précision mécanique dans les magasins Mikado. « C'est une affaire familiale », précise d'emblée Vic Chakowa, directeur général du groupe Mikado. L'aîné de la fratrie Chakowa dirige l'entreprise qui compte actuellement dix-neuf points de vente à Maurice. Six autres de ses frères et soeurs y occupent des postes dans l'administration et dans les points de vente. Dans la même veine, il tient à appeler les 150 autres membres de son personnel des« collaborateurs et non des employés ».

Tout a commencé en 1969, à Vacoas, dans le centre-ouest de l'île, quand le patriarche et son fils aîné ont commencé à réparer les montres. « Les montres sont au coeur de notre métier », confie Vic Chakowa. Mais plus de quarante ans plus tard, l'enseigne répare de moins en moins de montres même si « un réparateur est présent dans chacun des points de vente pour les opérations légères. Les montres commercialisées par Mikado sont à l'entrée du très haut de gamme, précise le dirigeant. Notre clientèle est composée en grande partie de touristes qui trouvent dans nos produits un excellent rapport qualité/prix. » Il fait référence aux Tissot, Police et Casio G-Shock qui trônent sur les linéaires, au côté des bijoux en or dont certains sont sertis de diamants. « Nous avons dû cannibaliser un bon nombre de marques pour suivre la tendance... Nous vivons déjà dans la vision de Maurice comme Duty Free Island. » Le discours est bien rôdé. Il en est de même de la part des vendeurs du groupe. Pour s'assurer de l'uniformité de l'image qu'il veut faire passer, le chef d'entreprise invite plusieurs fois dans l'année ses collaborateurs au siège, pour des séances de formation sur les produits et la vente.Vic Chakowa assure la formation technique et d'autres formateurs se relaient pour la partie commerciale. La gestion du groupe est ainsi centralisée. Les réalisations et les opérations dans les points de vente sont suivies en temps réel grâce à un système informatique dans lequel le dirigeant a beaucoup investi. Et la formule marche, même s'il confie que « les deux dernières années ont été difficiles. Nos profits sont aussi affectés par les frais des locations et les charges salariales ». Il laisse toutefois passer un sourire quand il évoque les 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires réalisé durant le dernier exercice.

Archives Nominés Sélectionnez

Année précédente