Nominés

Lynda Kok Shun Directrice de Magilyn

  • PROGRESSION

    Un chiffre d'affaires en croissance annuelle de 65% depuis son arrivée aux commandes en 2008.

  • INNOVATION

    À l'instar du secteur du prêt-à-porter de mode, Magilyn fait appelle à une styliste pour concevoir ses vêtements à haute visibilité avec bande retrofléchissante. Un moyen de mieux répondre aux besoins de ses clients même pour des petites quantités.

  • DYNAMISME À L'EXTÉRIEUR

    La production de vêtements à haute visibilité est tournée entièrement vers l'export, à La Réunion, à Madagascar, à Mayotte et aux Seychelles. De même qu'une bonne partie de l'activité de négoce.

  • ENGAGEMENT CITOYEN

    Lynda Kok Shun s'investit dans le Rotary Club de Vacoas, à la Chambre de commerce et d'industrie de Maurice (MCCI), à la Chambre de commerce chinoise (CCC) et à la Chinese Business Chamber. Elle siège aussi au conseil d'administration du Mauritius Gymkhana Club. Pour la contribution de son entreprise au CSR (Corporate Social Responsability), elle a choisi de soutenir le Rotary Club de Port-Louis qui, à l'occasion de ses 50 ans, va construire 50 maisons pour des familles pauvres.

OU L'ART DE LA DIVERSIFICATION À L'INTERNATIONAL

Un événement tragique l'a conduite à devenir chef d'entreprise, à révéler ses talents de négociatrice et à identifier les bonnes niches de marché dans la région. De quoi doper son activité qui affiche une impressionnante croissance.

Dans son bureau de Rivercourt, Lynda Kok Shun a le téléphone collé à l'oreille… Elle négocie un important contrat de vente de farine de poisson qu'elle va importer de Chine avant de l'acheminer vers un pays de la région. Impossible de savoir quel pays. « Si je te donne trop de détails, c'est comme si je donnais des munitions à mes concurrents… Ils n'auront qu'à avaler ce que j'aurais mâché », lance-telle au journaliste qui l'interroge. Son idée de l'entrepreneuriat est très simple : « Pour réussir, il faut avoir les idées que les autres n'ont pas et éviter autant que possible de leur en faire profiter. » Travailler cachée pour vivre heureuse en quelque sorte ? Pas tout à fait car elle accepte quand même le feu des projecteurs avec cette nomination au Tecoma Award. Elle racontera sa vie, c'est d'accord, mais restera muette sur ses clients. « C'est confidentiel ! De toute façon, je travaille dans le sur-mesure en m'adaptant au besoin de chacun… » C'est là sans doute que réside sa force. Une stratégie de niche.

LA GRANDE AVENTURE APRÈS UN ÉVÉNEMENT TRAGIQUE

Mais rien ne prédestinait Lynda Kok Shun à devenir chef d'entreprise même si ses parents étaient commerçants à Port-Louis, près du Champ de Mars, là où elle est née. « La boutique chinoise a grandement influencé Maurice et le type de business que j'ai choisi de faire. Cela se résume en un mot : la diversification. » En se rendant en Angleterre pour suivre des études de secrétariat et d'administration, elle y rencontre l'amour de sa vie, son futur mari Lewis. De cette union naîtra deux enfants : Annabelle et Dimitri. Un destin qui bascule tragiquement lorsque son époux décède en 2002 dans un accident de voiture. « J'aurai pu sombrer, mais je n'en n'avais pas le droit », déclare-t-elle d'un ton ferme et en vous regardant droit dans les yeux. Lewis, agent commissionnaire, était alors à la tête d'Island Export, une entreprise d'import-export au rayonnement régional. « Une entreprise qui vendait de tout : du textile au bois. » Sa fille prend la relève jusqu'en 2008 où, pour différentes raisons, Lynda décide de prendre les rênes. Son choix est important puisqu'elle quitte son emploi d'attachée de direction au département des grands projets chez Ireland Blyth. La fin d'une certaine sécurité pour vivre la grande aventure de l'entrepreneuriat. « Mon expérience m'a beaucoup servi et IBL a été une très bonne école. J'ai pu y continuer mes études en management et en marketing et Philippe Ah Chuen a été l'un de mes professeurs. » Tout en conservant l'activité de commerce international, la nouvelle dirigeante choisit aussi de créer Magilyn (« Magique Lynda ») qui conçoit et fabrique des vêtements à haute visibilité avec bande retrofléchissante. Pour se démarquer de la forte concurrence locale, elle embauche une styliste qui conçoit tous ses produits. Une activité tournée à 100% vers l'export avec des clients à La Réunion, à Madagascar, à Mayotte et aux Seychelles.

LE FENG SHUI, C'EST BON POUR LES AFFAIREES

Elle se diversifie également dans les cadeaux d'entreprise. Tant et si bien que depuis le début de l'activité, en 2009, le chiffre d'affaires de son groupe enregistre une croissance de 65% par an, pour atteindre un million d'euros. Elle croit fermement au potentiel de la région, débouché naturel pour l'île Maurice. « J'effectue un ou deux voyages par mois dans l'océan Indien et même au-delà car je participe à différentes foires où intervient Enterprise Mauritius. Dans mon métier, on ne peut pas seulement travailler à distance. » Ce qui n'empêche pas Lynda Kok Shun d'user habilement du télétravail et de l'externalisation de tout ce qui peut l'être, notamment sa comptabilité et les documents d'exportation comme les certificats du Comesa (Marché commun pour l'Afrique orientale et australe). SGS assure son contrôle qualité et sa tyliste travaille chez elle. « Tout cela permet de réduire les charges tout en apportant un meilleur épanouissement à moi-même comme à mes collaborateurs. » La patronne de Magilyn a d'ailleurs été suivre en Malaisie des cours de feng shui, cet art millénaire d'origine chinoise. Le but est d'harmoniser l'énergie environnementale d'un lieu de manière à favoriser la santé, le bien-être et la prospérité de ses occupants. « Il s'agit d'un vrai plus pour moi et cela me sert dans mes affaires. »

Archives Nominés Sélectionnez

Année précédente