Nominés

Année 2015

Nirvan Veerasamy

  • PROGRESSION

    Actionnaire à parité avec Uday Nayak dans l'entreprise, Nirvan Veerasamy est le directeur général de Veling Ltd tandis que l'entrepreneur indien en est le président. Fondée en 2008 avec un capital de 2,5 millions d’euros (100 millions de roupies), Yu Lounge, filiale de Veling Ltd, a enregistré, en 2014, un chiffre d'affaires de 2,35 millions d'euros.

  • INNOVATION

    Véritable terminal et salon aéroportuaire privés, Yu Lounge propose des prestations dignes d’un hôtel cinq étoiles : service traiteur gastronomique, duty free exclusif, Wifi et même l'émission de billets électroniques des compagnies aériennes desservant Maurice. Un ensemble de prestations qui se veulent une carte de visite de Maurice.

  • DYNAMISME À L'EXTÉRIEUR

    Après être devenu la véritable vitrine du luxe et du savoir-faire mauricien, le salon Yu Lounge a été exporté à Saint-Kitts-et-Nevis, dans les Antilles. L'objectif est d’en faire une marque internationale et d’exploiter, d'ici 2020, quatre à cinq salons dans le monde, et pas nécessairement dans des destinations balnéaires.

  • ENGAGEMENT CITOYEN

    « En plus de ses obligations légales dans le cadre du CSR (Corporate Social Responsability), Veling Ltd a également des projets à Saint-Kitts-et-Nevis dans l'aide à l'enfance et à l'éducation.





« Ne pas savoir ce qu’on veut faire à 18 ans, c’est un atout. » C'est par ce mot d'esprit que le créateur et directeur général de Yu Lounge, Nirvan Veerasamy, se remémore son parcours. 
Second d'une fratrie de trois garçons, il est le fils de feu Me Sacheedanand Veerasamy, une personnalité très connue du monde juridique. Titulaire d'un BsC (licence) d'économie de l'université de Birmingham City, le jeune homme découvre par hasard un catalogue regroupant tous les masters britanniques, dont celui de l'université de Cranfield. Elle est mondialement reconnue pour la qualité de son enseignement en aéronautique. « Ce fut une claque pour moi. Immédiatement, j'ai envoyé une lettre de renonciation à l'université de Stanford. » Accepté à Cranfield, le jeune Mauricien y obtient son Msc (master) en Air Transport Management. À peine diplômé, il est recruté, en 1983, comme ingénieur des ventes par Airbus. Il met alors le cap sur Toulouse, le siège de l'avionneur européen. Dès 1986, à 26 ans, il est nommé directeur des ventes du marché Asie du Sud-est. Le top de ses ventes est atteint en 1989 avec Singapore Airlines. Nirvan va convaincre la compagnie asiatique d'acheter 17 avions A340. Coût du contrat ? Cinq milliards de dollars. « L'unité de base dans notre industrie est le milliard de dollars », rappelle-t-il. Ce succès scelle à la fois le succès de Nirvan Veerasamy, mais aussi sa crainte « d'être enfermé à jamais dans le rôle du super vendeur ». À 32 ans, il demande un congé sabbatique d'un an. Il retourne à Maurice et crée, en 1993, la compagnie Aero Services (Mauritius) Ltd. L'entreprise est spécialisée dans l'immatriculation d'appareils à Maurice. 



DU SUPER VENDEUR À L'ENTREPRENEUR

L'activité de l'aviation civile mauricienne ne suit pas et Aero Services ne peut décoller. Peu après, Nirvan rencontre l'entrepreneur indien Uday Nayak. Cette rencontre est fondamentale. « Un entrepreneur doit être capable de s'associer avec une personne qui a la même vision pour aller conquérir ensemble d'autres marchés. Maurice est trop petit. » Ensemble, ils fusionnent leurs entreprises pour créer en 2002, avec deux dollars, Veling Ltd. « Je conserve toujours un billet d'un dollar sur mon bureau pour rappeler comment le succès peut être éphémère. » Veling est spécialisée dans la vente, le leasing et la gestion d'avions de ligne et de jets privés. L'entreprise mauricienne travaille avec les grandes compagnies aériennes du monde. « La demande est forte puisque l'important n'est pas de posséder l'appareil mais de l'opérer ». Veling Ltd est aujourd'hui classée dans le Top 40 mondial des loueurs d'avions.

Dès 2003, Nirvan et Uday réfléchissent à une offre en accord avec l'image haut de gamme de Maurice. D'où l'idée de créer son propre terminal privé. C'est le Yu Lounge (Yu pour You, vous en anglais, au sens où le client est au centre des préoccupations). Mais entretemps, Nirvan Veerasamy est appelé à prendre les rênes d'Air Mauritius. Si l'aventure tourne court au bout d'un an, il n'en garde pas de souvenirs amers. « Le secteur de l'aéronautique est scindé en trois : le constructeur d'avions, le propriétaire d'appareil et l'opérateur. J'ai eu la chance d'évoluer dans ces trois métiers. »

UN VÉRITABLE TERMINAL PRIVÉ, CARTE DE VISITE DE MAURICE

Le Yu Lounge débute ses opérations en 2008 avec un capital de 100 millions de roupies (2,5 millions d’euros). Il s’agit de proposer une offre exclusive pour les « riches et ultra riches qui viennent en jet privé dans l'île », accessible également aux autres touristes. Il y a eu 225 jets privés à atterrir en 2014 sur le tarmac mauricien. Le Yu Lounge est un véritable salon privé. Excentré du terminal principal, il garantit la confidentialité des arrivées et surtout l’absence de paparazzi pour la « jet set », les hommes d'affaires ou les personnalités politiques venus incognito dans l'île. Ces passagers ont accès à un service traiteur gastronomique avec des vins fins, un comptoir presse internationale, une télévision grand écran et bien sûr le Wifi. Ils bénéficient également d'une boutique duty free exclusive. Bref, il s'agit de prestations dignes d’un hôtel cinq étoiles. « Nous sommes bien en avance sur les autres aéroports de la région. Nous sommes la carte de visite de Maurice. » Le Yu Lounge est également un véritable terminal privé car il comprend des machines capables d’émettre les billets électroniques des compagnies aériennes qui desservent Maurice.
Le terminal séduit aussi les entreprises. « Elles constituent 10% de notre chiffre d'affaires et nous visons les 15% à 20% à moyen terme. » Pour cela, toute une gamme de services de secrétariat, allant de la télécopie à la prise de notes, sont à la disposition des cadres en déplacement ou en transit à Maurice.

Dernière étape du développement du terminal, l'inauguration, en mai 2015, d'un hangar flambant neuf dont le coût s'élève à trois millions de dollars. Il peut accueillir quatre jets privés en même temps. S'il s'agit d'une offre exclusive mais elle reste accessible. « À preuve, notre clientèle est constituée pour moitié d’hommes d’affaires et de familles. Elle provient d’Europe de l’Est comme la Russie (40%) ou de l’ex-Tchécoslovaquie, d’Afrique ou des pays du Golfe. Si, aujourd'hui, le terminal ne constitue que 5% de l'activité de Veling Ltd contre 95% pour le leasing, « cette activité ne peut que grandir ». YU Lounge a réalisé, en 2014, un chiffre d'affaires de 2,35 millions d'euros.

UNE OFFRE QUI S'EXPORTE

L'objectif est de faire de Yu Lounge une marque internationale. Et après être devenu la vitrine du luxe et du savoir-faire mauriciens, le concept s'exporte à Saint-Kitts-et-Nevis (Saint-Christophe-et-Niévès) dans les Antilles. Le Lounge a été financé pour un montant de 8 millions de dollars. S'inspirant du modèle mauricien, les autorités de ce petit État fédéral insulaire désirent attirer de riches investisseurs dans des projets immobiliers. Des investisseurs qui peuvent acquérir, sous certaines conditions, la nationalité christophienne.

La vitrine Yu Lounge a impressionné le fondateur de la célèbre chaîne Four Seasons en visite dans ce pays des Caraïbes. « Depuis, nous avons passé un accord avec eux. Dorénavant, les touristes allant dans leur hôtel passeront par notre salon. Notre objectif est désormais d’exporter le concept dans d’autres pays. D'ici à 2020, nous devrions en compter quatre ou cinq, et pas nécessairement dans des destinations balnéaires. »

Archives Nominés Sélectionnez

Année précédente