Nominés

Année 2019

Ludovic Henry

  • PROGRESSION

    Depuis le début des activités de Paper Link, en 2012, avec deux machines et huit salariés ayant généré un premier chiffre d’affaires annuel de 2 millions de roupies (50 000 euros), l’entreprise de Ludovic Henry connaît une belle progression. Cette dynamique l’a conduit à atteindre en 2018 un effectif de 35 employés et 49 millions de roupies (1,2 million d’euros) de chiffre d’affaires. Pour accroître ses capacités de traitement, WeCycle s’est doté il y a quelques mois de nouvelles déchiqueteuses grâce auxquelles davantage de déchets devraient pouvoir être traités.

  • INNOVATION

    WeCycle n’est pas la seule entreprise de Maurice à développer des activités de valorisation des déchets. Elle est toutefois la première à les trier, les déchiqueter et les compacter pour les exporter à des fins de recyclage. Ce n’est pas la seule innovation qui caractérise cette compagnie qui propose aussi des certificats, garantissant à ses clients la confidentialité jusqu’à la destruction des archives lui étant confiées, notamment par divers ministères.

  • DYNAMISME À L'EXTÉRIEUR

    La nature même de ses activités et l’absence d’unité de transformation sur le territoire mauricien conduisent WeCycle à être un acteur économique résolument tourné vers l’extérieur, positionné en fournisseur de matières premières à des unités de recyclage implantées hors du territoire mauricien. L’an dernier, ce ne sont pas moins de 200 conteneurs qui ont été expédiés par l’entreprise.

  • ENGAGEMENT CITOYEN

    L’engagement citoyen est étroitement lié à la mission essentielle de WeCycle consistant à débarrasser Maurice d’une partie de ses déchets. L’an dernier 6 000 tonnes de papier, carton et emballages plastiques n’ont pas été mis en décharge du fait de leur captation par l’entreprise. Afin de stimuler ses fournisseurs, Ludovic Henry encourage au tri à la source, ce qui est aussi une forme d’engagement citoyen. Dans un autre registre, mais toujours sur le plan sociétal, l’entreprise contribue financièrement au fonctionnement de deux ONG, à savoir Tipa et Paws.

En diversifiant ses sources d’approvisionnement et les matières traitées, la compagnie WeCycle (ex-Paper Link) développe une chaîne de valeur autour d’activités de recyclage de déchets. Avec l’effet positif immédiat pour l’environnement de réduire les quantités envoyées dans les dépotoirs.

Papiers, cartons, plastiques, pneus usagers et bientôt d’autres rebuts sont les matières premières fondatrices de l’activité de WeCycle: l’entreprise pionnière à Maurice dans le recy- clage des déchets. En triant les détritus recyclables de ceux qui ne le sont pas, puis en les déchiquetant, en les conditionnant pour les exporter et les vendre à des en- treprises asiatiques spécialisées dans leur valorisation, non seulement l’entreprise contribue à la création de la valeur à partir de ces déchets mais elle réduit aussi considé- rablement les volumes finissant au centre d’enfouissement de Mare Chicose et dans les autres dépotoirs mauriciens.

Ce qui est évidemment favorable à l’environnement de l’île. La présence de son fondateur et directeur, Ludovic Henry, par- mi les cinq nominés de l’édition 2019 du Tecoma Award est donc plus que légitime, selon Audrey d’Hotman de Villiers-Desjardins, consultante et spécialiste dans le domaine de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises.

« Avec Paper Link puis We- Cycle désormais, Ludovic Henry se comporte en entrepreneur in- novant et responsable. Il est par- mi les premiers à avoir conduit des activités alternatives, mais aussi sensibilisatrices en matière de recyclage des déchets. » Ainsi, les boîtes distribuées dans les bureaux pour recevoir les papiers usagés favorisent le recyclage, mais aussi la prise de conscience des salariés des entreprises impliquées.

« À l’occasion des visites que j’ai effectuées sur le site de l’entreprise à Riche-Terre, j’ai noté deux points positifs. D’abord la propreté des lieux, ce qui n’est pas évident quand on travaille dans le domaine des déchets. J’apprécie aussi que la compagnie emploie une majorité de personnes de la région où elle est implantée, contribuant ainsi à son développement », souligne la consultante.

Diversification tous azimuts

Michel Moonien, responsable des opérations depuis six ans au sein de WeCycle, confie quant à lui apprécier le dynamisme de Ludovic Henry et ses capacités à mobiliser toujours plus d’entreprises privées autour de ses activités. « Même chose pour la confiance qu’il a réussi à établir avec les services publics pour garantir, via un certificat, la confidentialité des documents d’archives qui nous sont livrés à des fins de destruction. Ce sont autant d’atouts qui permettent à l’entreprise de se développer. »

Cette dynamique ne s’essouffle par en dépit des nouvelles difficultés à exporter vers les unités de traitement, toutes implantées en Asie, depuis l’interruption quasi-complète des importations chinoises et ses effets, en termes de prix, sur la demande en déchets à recycler.

« Il y a beaucoup à faire dans notre pays et je suis décidé à continuer dans cette voie », explique avec enthousiasme le jeune entre- preneur. « Depuis toujours, je suis intéressé par la nature et les questions d’environnement. C’est pour cela que j’ai suivi, à l’Université de Plymouth, en Angleterre, des études en sciences environnementales. Ensuite, j’ai d’abord travaillé pour des entreprises avant de créer la mienne. » Il est déterminé à continuer à développer WeCycle avec de nouvelles formes de diversification, comme le traitement des pneus, mais surtout en essayant de toucher encore plus d’entreprises et de travailler directement avec les ménages.

Archives Nominés Sélectionnez

Année précédente